Retour en Cornouailles, Rosamünde Pilcher

Publié le par Philo

Cornouailles, 1935. A quatorze ans, Judith Dunbar voit sa vie tranquille et heureuse complètement bouleversée. Ses parents partent pour quatre ans à Singapour, où son père vient d'être promu.
Elle se retrouve donc seule, en pension dans une école catholique très stricte. C' est là qu'elle fait la connaissance de Loveday Carrey-Lewis avec laquelle elle se lie d' amitié.
Cette rencontre va changer la vie de cette jeune fille d' origine modeste. Elle est très vite considérée comme une des leur par cette famille riche et très charismatique autour de laquelle gravitent un très grands nombres de relations et d' amis plus ou moins excentriques.
Cette existance légère et insouciante bascule lorsque la guerre éclate. La tribu Carrey-Lewis est alors séparée. Les hommes partent aux quatre coins du monde, et chacun à sa manière va connaître les déchirures et les atrocités de cette horrible période.
1945. Judith est devenue une femme, après ces six années de malheur, elle retourne enfin chez elle dans "ses" Cornouailles adorées où elle retrouve ses amis ainsi que l'homme qu'elle a toujours aimé.


"Retour en Cornouailes" est un voyage hors du temps, scandé par les étapes de la vie de son héroïne. La première partie nous plonge dans la vie d'une adolescente évoluant dans la sphère de la haute société anglaise de la fin des années trente. Premiers pas dans la vie adulte, premiers émois.
Puis, le conflit couvant depuis quelques années explose. Tout ce qu'elle connait vole en éclat. Le monde change en même temps que l'adolescente insouciante qui se transforme en femme.
Malgré une première partie un peu longue, la force narratrice de l'auteur m' a emportée. Je suis entrée dans cette histoire, plantée dans le décor sauvage des Cornouailles (si chères à R. PILCHER), un peu comme si j'avais franchie la porte de Nancherrow pour venir prendre le thé devant la cheminée.
J'ai partagé les émotions des personnages en ayant l' impression d'être une des leurs, une amie à qui l'on se confie.
De plus, sans être à proprement parlé,un roman historique, cette oeuvre bien documentée nous apporte une vision différente de l'une des périodes les plus noires de l' histoire contemporaine : comment la Seconde Guerre Mondiale a-t-elle touchée et comment a-t-elle été vécue par le peuple anglais ?
En résumé j'ai beaucoup aimé et je le recommande.


En savoir plus sur l'auteur, ici.

Fiche :
Traduction : Claire Beauvillard
Publié en 1995
Edition : Pocket /Presse de la cité (2004)
Isbn : 2-266-09801-2

Publié dans Littérature anglaise

Commenter cet article

LAFARGE 31/10/2011 08:22



1000 pages.
1000 pages d'ennui.
1000 pages de descriptions sans fin, sans but, sans intérêt.
1000 pages que l'on tourne les unes après les autres, dans le vain espoir de voir survenir enfin un événement, quel qu'il soit, qui apportera enfin un peu de piquant à cette litanie.
Rien; il ne se passe décidément rien tout au long de ces 20 heures de lecture !
Ce roman n'est qu'une suite ininterrompue de descriptions stériles: descriptions de paysages, d'ambiances, de gestes de la vie quotidienne maintes fois répétés.
Le lecteur semble invité à s'immiscer au sein d'une famille bourgeoise dont il sera amené à partager le quotidien durant quinze longues années, de 1935 aux années d'après-guerre. Partager le
quotidien, c'est assister à la préparation du petit-déjeuner, choisir les vêtements pour la journée, aller promener le chien...
C'est aussi passionnant que cela.
Le lecteur attendra vainement un rebondissement, une intrigue, un quiproquo, un coup de théâtre, qui pourrait enfin apporter quelque substance à ce vide littéraire.
Aucun suspens ne vient inciter le lecteur à tourner les pages, lecteur qui devra faire preuve d'une solide volonté pour parvenir au terme de l'ouvrage et finalement s'interroger:
- "Tout ça pour ça ?"




Brize 11/06/2008 18:53

Il me semble que je l'ai lu. Non, Philo, ne te moque pas de moi, mais il y a un tas de romans de Rosamund Pilcher dont le titre commence par "Retour..." !
En tout cas, je suis certaine d'une chose : j'ai lu au moins un (voire davantage) roman de Rosamund Pilcher et c'était une lecture très agréable !