Et mon coeur transparent, Véronique Ovaldé

Publié le par Philo

 

Au bout de dix-neuf ans de mariage, Lancelot quitte tout pour refaire sa vie avec une femme croisée au coin d'une rue. Il sera très heureux jusqu'au jour où un accident va précipiter Irina au fond d'une rivière. Lancelat va alors découvrir qu'un flot de mystère entourait la vie de celle-ci et se mettre en quête de la vérité sur la vie de celle qu'il aimait plus que tout.


L'auteur nous entraîne dans un univers parallèle qui parait presque semblable au notre mais qui est pourtant sensiblement différent. Un univers un peu plus habité de magie où les objets disparaissent sans prévenir, comme s'ils étaient animés d'une vie propre, comme un avertissement des changements à venir.
C'est dans ce monde que se débat Lancelot, fou de douleur à la perte de celle qui était la femme de sa vie. En plus de cette souffrance il va devoir faire face à une terrible vérité : cet être qu'il aimait n'était pas celle qu'il pensait. Irina a en effet été retrouvé dans une voiture incoonnue, contenant des objets plutôt suspects.
Après l'effondrement des premiers jours et l'abrutissement des calmants Lancelot reprend sa vie en main et tente de remonter le fil des mystères entourant la vie de sa femme. Les découvertes qu'il va faire vont bouleverser sa propre vision de l'existence.
Un très agréable moment de lecture, une petite incursion dans un univers empreint de merveilleux. Le déchirement intérieur du personnage principal qui peu à peu ouvre les yeux pour faire face à la réalité, l'mprégnation du Moi par celui de l'être aimé sont dépeints avec une grande sensibilité.

En savoir plus sur l'auteur,ici.

Fiche :
Publication : 2008
Editions de l'Olivier
ISBN : 978-2-87929-599-2

Commenter cet article

Thaïs 07/08/2008 14:01

je viens de le lire, je partage l'avis de Philo quand elle dit que c'est un agréable moment de lecture et que c'est dépeint avec beaucoup de sensibilité. Mais je ne peux pas dire que je sois très enthousiaste. Je n'ai pas spécialement envie d'aller plus loin dans la découverte de cet auteur, en tous cas pas prioritairement.
Sybilline,je confirme ce que dit Philo, l'aspect irréaliste est assez peu marqué. Ne te fie pas à cela !
J'ai préparé ma critique qui sera courte mais je ne sais pas quand elle sera en ligne...
A plus !

philo 02/08/2008 11:18

@Sybilline : L'irréalisme est ici apporté par petites touches. Il perment à V. Ovaldé de créer son univers, apparemment bien particulier. Mais il n'altère en rien le fonds du roman. Si tu te laisse convaincre j'ai hâte de lire ton avis.
@ Sentinelle : Comme toi, j'ai trouvé l'écriture très belle et je pense que je ne vais pas m'arrêter là dans ma découverte de cet auteur.

sentinelle 02/08/2008 07:35

Ce roman me tente aussi, bien que les critiques soient souvent mitigées. J'ai déjà lu l'auteur avec "Déloger l'animal", déjà un soupçon d'onirisme dans l'air porté par une très belle écriture.

sybilline 01/08/2008 17:15

Voici bien un livre qui me semble attirant à première vue, mais une chose me retient encore : est-ce que tu estimes que l'introduction de magie et d'irréalisme est approprié dans cette intrigue entre le suspens et la quête du sens ? (il me semble que ça pourrait déforcer complètement le livre)