L'homme qui murmurait à l'oreille des chevaux, Nicholas Evans

Publié le par Philo

Tom Boker est ce que l'on appelle dans les vielles histoires américaines un chuchoteur. Il a un don avec les chevaux. Il est capable de rendre le plus enragé d'entre eux doux comme un agneau.
Il vit dans le Montana où il gère le ranch familial avec son frère Frank et sa famille.
C'est vers Tom que va se tourner Annie Graves Maclean, suite à l'accident qui a rendu sa fille handicapée et fou son cheval Pilgrim. Il lui apparait comme une évidence que l'enfant ne pourra pas guérir si son cheval ne se remet pas.
Pendant quelques semaines, la mère et la fille vont, en même temps que Pilgrim, panser leurs blessures et réapprendre le vrai sens de la vie.


Nicholas Evans nous entraine pour un voyage dans les grands espaces américains. Voyage qu'il est très difficile de lâcher en cours de route.
La description très détaillée et vivante des lieux nous emporte. On sent le parfum des fleurs dans les prairies, celle des chevaux, la caresse du soleil et du vent.
Ces lieux majestueux sont habités par des personnages attachants. Un homme Tom, loyal, entier et foncièrement bon qui pense que
l'éternité n'est qu'une longue suite d'instant et qu'un homme n'a rien de mieux à faire que de vivre pleinement chacun d'eux.”
Une femme d'affaire, Annie, Stressée et qui noyée dans son travail s'est éloignée de sa famille et a oubié de vivre.
Une enfant, Grâce, gaie et insouciante dont la jeune vie a été détruite par un terrible accident. Elle en est restée handicapée et inapte à se reconstruire.
La mère et la fille vont réapprendre à se connaître et remonter les pans de leur vie grâce à et au travers de cet homme et du travail qu'il effectue avec Pilgrim.
Les maîtres mots de ce roman sont amour et respect : de ces terres indomptées, des chevaux (qui tiennent bien sûr une place très importante de l'histoire) et des autres. Une belle histoire dans des décors sublimes, par moment émouvante et faite juste pour rêver un peu. Un joli moment de lecture.

Par rapport au film du même nom :
Robert Redford a très bien sû rendre l'esprit du texte et la trame de l'histoire. Qui a aimé ou pas le film, aimera ou pas le llivre.
Par contre, il s'est beaucoup moins appesantit sur les personnages : la vie de la famille Maclean avant l'accident de Grâce, la famille Booker, leur personnalité et l'évolution psychologique que vont connaître la mère comme la fille.
Il existe bien sûr quelques différences entre livre et film. La plus grosse est la fin, tout autre et inattendue pour ceux qui connaîtraient le film.

En savoir plus sur l'auteur, ici.
 



Fiche :
Titre original : Horse whisperer
Traduction de Valérie MALFOY
Publication : 1995
Edition Presse Pocket (2008)
ISBN : 978-2-266-06724-9

 

 

 

Commenter cet article

philo 15/08/2008 12:47

@ Fantasio : Dans ce cas mieux vaut s'abstenir...
@ Calepin : Je n'aurai probablement pas eu cette curiosité sans la lettre E de mon challenge ABC, mais je ne regrette pas.
@ Sentinelle : c'est aussi le souvenir que j'en garderai.

calepin 14/08/2008 13:11

Les personnages tout en retenue du film doivent bien se prêter à la forme romanesque. De là à lire le livre après avoir vu le film...

Fantasio 14/08/2008 07:34

J'ai vu le film et je dois avouer que je n'ai pas DU TOUT aimé.
Alors je crois que je n'ai vraiment pas envie de lire le livre. Peut-être un autre de l'auteur, un jour...

sentinelle 13/08/2008 19:55

J'ai lu ce roman il y a des années, il m'en reste le souvenir d'une lecture très agréable !