Un lieu incertain, Fred Vargas

Publié le par Philo

En séminaire à Londres, le commissaire Adamsberg et ses adjoints Danglard et Estalère sont les témoins d'une découverte macabre. Devant le plus vieux cimetière londonien, Highgate, dix-sept chaussures ont été déposées, avec... leurs pieds.
Retour à Paris. L'équipe du commissaire est envoyée sur une scène de crime d'une abomination sans nom.
Adamsberg et ses enquêteurs se lancent alors dans une enquête d'envergure européenne. Le meurtre a un lien avec les chaussures londoniennes ; un meurtre similaire a été commis à Vienne ; la victime a écrit, peu avant sa mort, un étrange message à une certaine Fraü Abster à Bonn.
Pour finir l'enquête va emmener Adamsberg sur la piste des aïeux de Danglard en Serbie dans un petit village qui vit encore aujourd'hui dans la peur d'une vieille légende : le premier vampire y a vécu et sévi et y est inhumé dans "un lieu incertain".


Le premier Vargas que je lis. Une enquête clin d'œil à la littérature gothique dont la résolution se situe dans l'histoire des vampires. Résolution d'ailleurs un peu trop alambiquée à mon goût.
J'ai aimé la manière dont l'auteur s'attache à ses personnages, leur personnalité, leur histoire et leur vie, ainsi que l'humour des situations.
M'a séduite aussi la façon de procéder du commissaire Adamsberg. Paraissant toujours dans les nuages, un peu « à l'ouest » mais auquel aucun détail n'échappe. De la confusion apparente de ses pensées nait, par une belle finesse de raisonnement la cohésion et vient alors la solution.
Il m'a juste manqué cette sorte d'angoisse qui vous tient et vous force à tourner la page, chapitre après chapitre jusqu'au dénouement que j'aime trouver dans la littérature policière.
Cela reste néanmoins un très agréable moment de lecture. Je retenterai probablement l'expérience à l'occasion.


En savoir plus sur l'auteu, ici.

Comme mise en bouche, voici la quatrième de couverture, plus représentative du style que de l'histoire.

"- Bien, dit Clyde-Fox en se rechaussant. Sale histoire. Faites votre job Radstock, allez voir ça. C'est un tas de vieilles chaussures posées sur le trottoir. Préparez votre âme. Il y en a une vingtaine peut-être, vous ne pouvez pas les manquer.
- Ce n'est pas mon job Clyde-Fox.
- Bien sûr que si. Elles sont alignées avec soin, les pointes dirigées vers le cimetière. Je vous parle évidemment de la vieille grille principale.
- Le vieux cimetière est surveillé la nuit. Fermé pour les hommes et pour les chaussures des hommmes.
- Et bien elles veulent entrer tout de même, et toute leur attitude est très déplaisante. Allez les regarder. Faites votre job.
- Clyde-Fox, je me fous que vos vieilles chaussures veulent entrer là-dedans.
- Vous avez tort Radstock parce qu'il y a les pieds dedans.
Il y eut un silence, une onde de choc désagréable. Une petite plainte sortit de la gorge d'Estalère, Danglard serra les bras, Adamsberg arrêta sa marche et leva la tête."


Fiche :
Publication : 2008
Editions Viviane Hamy
ISBN : 978-2-87858-285-7



Commenter cet article

philo 09/09/2008 09:25

A voir tout vos commentaires, il ne me reste plus qu'à en lire un autre !

Brize 06/09/2008 15:22

Personnellement, mon avis n'est pas mitigé... mais je dois reconnaître que ce qui me séduit est précisément ce que tu as si bien évoqué ("la manière dont l'auteur s'attache à ses personnages ..." etc.) !

Thaïs 04/09/2008 09:21

C'est le seul que je n'ai pas terminé...
Mais tu as raison le commissaire Adamsberg est attachant !

Fantasio 03/09/2008 07:18

J'étais persuadé l'avoir dans ma PAL... et puis non. J'ai cherché partout, je ne le possède pas. Mais j'en ai encore deux d'avance alors je vais attendre un peu pour celui-là
;)

philo 02/09/2008 12:51

@ Calepin : C'est apparemment l'avis général.