Oscar WILDE

Publié le par Philo

16 octobre 1854 - 30 novembre 1900
Oscar Fingal O'Flahertie Wills Wilde est né à Dublin dans un famille catholique. Son père est médecin, anthropologue et historien, sa mère ne travaille pas. Il a un frère a^né et une petite soeur qui mourra très tôt.
Il suit ses études  dans une école publique, où l est un élève moyen. Il rentrra ensuite à Trinity collège (université anglaise de Dublin) pour poursuivre des études en lettres classiques. Il sera ensuite admis à Oxford où il prépare un diplôme en lettres classiques assorti de cours d'histoire de l'art et de philosophie.  Il commence à écrire des sonnets et remportera le concours de l'université. C'est à cette période qu'il commence à voyager : d'abord l'Italie du Nord puis La Grèce et Rome.
Son père décède en 1876.
En 1878, il obtient brillamment son diplôme et part s'installer à Londres. Il fréquente les milieux intellectuels, la société du théâtre et des arts. C'est à cette période qu'il renconrtre Sarah Bernhardt. C'est là qu'il publie son premier recueil de poèmes et compose sa première tragédie.
Il passe l'année 1882 aux Etats-Unis pour donner une série de conférences sur l'art. A son retour il part pour la France, où il fréquente les grands écrivains et peintres de l'époque (Hugo, Daudet, Pissarro, Degas, Zola, Verlaine)
En 1883 il rentre à Dublin et épouse une amie d'enfance Constance Lloyd de laquelle il aura deux enfants. Le couple s'installe à Dublin. Oscar Wilde devient critique pourThe Pall Mall Gazette puis rédacteur en chef de The woman's world.
C'est en 1886 qu'il rencontre Robert Ross et assume son homosexualité.
En 1891, il repart pour Paris où il reste plusieurs mois, y rencontre André Gide et achève Salomé. A son retour, il fait la connaissance d'Alfred Bruce Douglas, étudiant qui restera son amant jusqu'à sa mort.
En 1895, le père d'Alfred, porte plein pour sodomie. La plainte est admise et Oscar Wilde poursuivit pour crime de sodomie. Au premier procès, le jury ne peut se mettre d'accord. Un second procès le jugera coupable. Oscar Wilde est condamné à deux ans de travaux forcés. Il xécutera sa peine respectivement dans les prisons de Pentonville, Wandsworth et Reading.
La mère d'Oscar Wilde meurt en 1896.
Il sort en 1897. A sa sortie, ne pouvant payer les frais de justice il fait banqueroute. Sa femme le quitte et donne à ses enfants son nom de jeune fille. Il s'exile alors en France, en Normandie, puis rejoint Alfred à Napples en 1898. Il partagera les deux dernières années de sa vie entre cette ville et Paris.
Il devient alcoolique.
Il meurt en 1900 d'une méningite. Enterré à Bagneux, il sera transféré au cimetière du Père Lachaise en 1909.


 

Quelques aphorismes et citations pour le plaisir :

J'ai mis tout mon génie dans ma vie, je n'ai mis que mon talent dans mon oeuvre.

Nous sommes tous dans le caniveau, mais certains d'entre nous regardent les étoiles.

L'ennui est la seule chose horrible dans ce monde. C'est le seul péché pour lequel il n'existe pas de pardon.

Qu'est-ce qu'un cynique? Un homme qui connaît le prix de toute chose sans en connaître la valeur.

N'importe qui peut compatir aux souffrances d'un ami, mais seule une personne dotée d'une nature exceptionnelle est capable de se montrer sensible au succès d'un ami.
 
Les hommes veulent toujours être le premier amour d'une femme. C'est là leur vanité maladroite. Les femmes ont un sens plus sûr des choses. Ce qu'elles aiment, c'est être le dernier amour d'un homme.

Je ne voyage jamais sans mes mémoires. Il faut toujours avoir quelque chose de sensationnel à lire dans le train.

Il n'y a que deux sortes de gens vraiment attrayants : ceux qui savent absolument tout et ceux qui ne savent absolument rien
.

Je vis tellement au-dessus de mes revenus qu'en vérité nous menons, eux et moi, une existence entièrement séparée.



Bibliographie :

Ravenna (1878)
Véra ou les nihilistes (1879), théâtre
Poèmes (1881)
Le sphinx (1883)
La duchesse de Padoue (1883)
La vérité des masques sur Shakespeare (1886)
Le prince heureux et autres contes (1886)
Le portrait de Dorian Gray (1890), parution dans un périodique.
La critique comme artiste et L'âme de l'homme sous le socialisme (1890)
Le portrait de Dorian Gray (1891), roman
Le crime de Lord Arthur Saville et autres contes (1891)
Une maison de grenades (1891)
Essais (1891)
L'éventail de Lady Windermere (1892), théâtre
Une femme sans importance (1893), théâtre
Sentence philosophique à l'usage de la jeunesse (1894)
Salomé (1893 à Paris, 1894 à Londres), théâtre.
Un mari idéal (1895), théâtre
L'importance d'être constant (1895), théâtre
La ballade de la geole de Reading (1898)
De profundis (1905), lettre écrite au père d'Alfred en 1897
De profundis (1942), version intégrale

Commenter cet article