Bartleby le scribe, Herman Melville

Publié le par Philo

 

« Je ne préfèrerai pas ». Ces quatre petits mots ont bouleversé la vie du narrateur. Ce dernier, juriste, emploie dans son étude trois scribes. L'un d'eux, Bartleby est le personnage central de cette nouvelle.

Bartleby – silhouette impeccablement propre, pitoyablement respectable, incurablement abandonnée (…) son visage offrait une maigreur tranquille, son œil gris une vague placidité – refuse tout ordre, toute suggestion quels qu'ils soient par ces quatre petits mots : « je ne préfèrerai pas », énoncés d'un ton calme et de toute la force de sa volonté.

Cette attitude va ébranler au plus profond les convictions du narrateur et conduire Bartleby loin, très loin...


 

Un texte aussi court que prenant, marquant et terrifiant, nonobstant empreint d'humour. À lire indubitablement, nécessairement.

Je termine par ces mots de Daniel Pennac figurant en quatrième de couverture : « Qui a lu cette longue nouvelle sait de quelle terreur peut se charger le mode conditionnel. Qui le lira, le saura. »

En savoir plus sur l'auteur, ici.

Fiche :

Traduction : Pierre Leyris

Publication :

Édition Folio Gallimard 1986

ISBN : 978-2-07-040140-6

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

LN 23/06/2009 18:40

Un vrai petit bijou! A là fois ironique et déconcertant. J'ai d'ailleurs pu assister à sa lecture par Daniel Pennac, spectacle que je conseille également :-)

sybilline 18/01/2009 11:52

Cette fable est un vrai bijou qui montre à merveille, entre autres interprétations, comment la terreur peut s'insinuer sous les aspects les plus policés.

sentinelle 18/01/2009 10:49

Figurez-vous que je l'ai eu en main la semaine passée et que j'ai longtemps hésiter avant de l'acheter. Je suis repartie sans mais vos commentaires feront que j'irai me le procurer dès la semaine prochaine

Fantasio 18/01/2009 08:55

Cette nouvelle est tout simplement indispensable. Il faut oser parler à son sujet de chef-d'oeuvre. Bartleby le scribe commence comme une farce et se révèle d'une noirceur totale. Ce petit (vraiment petit) livre est un exemple parfait de grande littérature. On ne peut oublier cette merveille après l'avoir lue. Achetez ce petit bouquin, vous ne serez pas déçu, je vous le jure !