BRADDON Mary-Elizabeth

Publié le par Philo

http://www.google.fr/images?q=tbn:dGIqkvRDKYqCOM::images.blog-24.com/1210000/1213000/1213197.gif&h=78&w=77&usg=__SpA3knxM-CFIj2x9VJ4Qgn86mUM=(04 octobre 1837 - 04 février 1915)
Née à Londres d'un père avocat, c'est une femme à la vie hors norme. Ses parents se séparent alors qu'elle n'a que trois ans. Elevée sans mère, elle devient une femme indépendante. Elle se tourne vers le théâtre et devient actrice. Parallèlement elle contribue à divers périodiques en tant que poète et auteur de petits romans.
En 1860, elle rencontre l'éditeur John Maxwell. C'est lui qui publie son premier roman. Ce dernier vit séparé de sa femme internée et élève seul ses cinq enfants. Mary-Elizabeth va s'installer avec eux et s'occupe des enfants jusqu'à la mort de Mme Maxwell en 1874, date à laquelle le couple convole.
Auteur très prolifique, elle écrit en tout environ quatre-vingt roman, elle est aussi la créatrice du Belgravia Magazine en 1866. Elle y publie des récits de voyages, de la poésie et des romans dans le but de rendre la littérature accessible au plus grand nombre.
La reine de la littérature victorienne admirée par Robert Stevenson et Henry James meurt à Richmond dans le conté de Surray où elle est enterrée.



Bibliographie partielle :

Sur les traces du serpent (1860)
Garibaldi et autres poèmes (1861)
Octoroon (1861)
Le secret de Lady Audley (1862)
Lady Lisle (1862)
Le capitaine du vautour (1863)
Le triomphe d'Eléanor (1863)
Aurore Floyd (1863)
Henri Dunbar ou l'histoire d'un paria (1864)
Circe (1867)
Godwin (1867)
Les oiseaux de proie (1867)
L'héritage de Charlotte (1868)
Le secret de la ferme grise
etc

Commenter cet article