Karen BLIXEN

Publié le par Philo

Karen Dinesen est née Au Danemark, en 1885, dans une famille aristocratique. En 1895, atteint d'une syphillis non soignée, son père se suiside. La fillette est élduquée par sa mère, sa grand-mère et sa tante qui sont de confession protestante et par une gouvernante car elle n'est pas scolarisée.L'enfant est passionnée d'écriture et de dessins.
Désirant devenir peintre, elle suit des études à l' académie des Beaux-arts de Coppenhague.En 1910, Elle part pour Paris puis pour Rome.
En 1914, elle épouse le baron Bror Blixen. Le jeune couple part s'installer en Afrique, au Kénya, où le baron vien d'acheter une ferme. Ils vont prendre une part active à l'effort de guerre.
Peu après son mariage, Karen apprend qu'elle aussi a contracté la syphillis. Cette maladie lui vaudra des séjours prolongés en Europe afin de se faire soigner.
En 1916, elle fait la connaissance du pilote anglais Denys Finch Hatton. Après son divorce d'avec Bror en 1925, il deviennent amants. Karen se fera avorter en 1927. Denys meurt en 1931 dans un accident d'avion.
La baronne Blixen prend alors les renes de la ferme aidé dans un premier temps par son frère qui finira par rentrer au Danemark. En 1931, quelques mois après la mort de Denys, Elle quittera l'afrique ruinée pour ne plus jamais y revenir. De mauvaises conditions météorologiques plusieurs nnées de suite et la crise économique mondiale l'ont contrainte à vendre sa ferme.
Elle rentre alors au Danemark et se consacre à l'écriture. Au début de la seconde guerre mondiale elle est chargé par un quotidien Danois d'une série de reportage sur Paris, Londres et Berlin. mais ce projet n'aboutira pas en raison de l'invasion du Danemark par les allemands. Elle écrira quand même régulièrement sur la guerre.
Connaissant de graves problèmes à la colonne vertébrale elle subit deux opérations. Elle a fini sa vie invalide mais a continué à écrire jusqu'au bout. Elle est morte en 1962. Elle avait 77 ans. 


Bibliographie :

Sept contes gothiques (1934)
La ferme africaine (1937)
Contes d'hiver (1942)
Essais (1948), réunion de ses articles e presse sur la seconde guerre mondiale.
Les derniers contes (1957), en français, Nouveaux contes d'hiver
Ombres sur la prairie (1960)
Anecdotes du destin (1958), nouvelles dont Le festin de Babette
Les voies du châtiments, publié sous le pseudonyme de Pierre Andrézel
Ehrengarde et autres contes (1962), publication posthume en FRançais, les chevaux fantômes et autres contes 
La soirée d'Elseneur ( ? )
Les fils de roi ( ? )
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article